Ralph 2.0 Film Complet en Streaming VF

Ralph 2.0 Film Complet en Streaming VF

Ralph 2.0 en Streaming VF
 
Regardez Ralph 2.0 Film Streaming Entier. Ralph 2.0 peut être regarder pour vous inscrire gratuitement.

 


Date de sortie :
Durée : 112 Minutes

Par: Walt Disney Pictures, Walt Disney Animation Studios
Réalisateur: Rich Moore, Phil Johnston, Phil Johnston, Pamela Ribon, John Lasseter, Bradford Simonsen, Clark Spencer, Nathan Warner, Jamie Sparer Roberts, Jennifer Lee

Genres : Familial, Animation, Comédie, Fantastique

Acteurs : John C. Reilly, Sarah Silverman, Gal Gadot, Taraji P. Henson, Jack McBrayer, Jane Lynch, Alan Tudyk, Alfred Molina, Ed O’Neill, Bill Hader
QUALITÉ : DVD RIP

Note :

SYNOPSIS ET DÉTAILS:
Ralph quitte l’univers des jeux d’arcade pour s’aventurer dans le monde sans limite d’Internet. La Toile va-t-elle résister à son légendaire talent de démolisseur ? Ralph et son amie Vanellope von Schweetz vont prendre tous les risques en s’aventurant dans l’étrange univers d’Internet à la recherche d’une pièce de rechange pour réparer la borne de Sugar Rush, le jeu vidéo dans lequel vit Vanellope. Rapidement dépassés par le monde qui les entoure, ils vont devoir demander de l’aide aux habitants d’Internet, les Netizens, afin de trouver leur chemin, et notamment à Yesss, l’algorithme principal, le cœur et l’âme du site créateur de tendances BuzzzTube…


Bande d’annonce : Ralph 2.0 Streaming VF

 

 

 

 

 

Tags: Ralph 2.0 Streaming VF, Ralph 2.0 youwatch, Ralph 2.0 streaming gratuit, voir Ralph 2.0 en streaming, regarder Ralph 2.0 streaming vf, Ralph 2.0 streaming vostfr, télécharger Ralph 2.0 gratuit

 


SYNOPSIS : Pagina
streaming : Pagina
Bande d’annonce : Pagina

Ralph 2.0 Streaming VF

A l’occasion de la sortie au cinéma de Ralph 2.0, le premier opus revient à la télévision.

Mise à jour du 12 février 2019 : Bon timing pour 6Ter, qui programme ce soir Les Mondes de Ralph, juste avant que sa suite Ralph 2.0 ne débarque sur grand écran. On en profite pour republier notre long papier sur la création de cette saga de Disney, qui s’adresse aux gamers, qu’ils soient petits ou grands.

« Au début, Ralph devait être une exploration de TOUS les univers de jeux »


Prenant prétexte de la crise identitaire d’un bad guy et de sa fuite à travers les jeux, Les Mondes de Ralph révèle dans sa première demi-heure une aptitude folle au voyage. Ride sensationnel à travers les univers de jeux différents, idéalement rythmé, dialogué et « caractérisé », il embrasse à chaque plan les gameplay et l’identité visuelle de chaque jeu qu’il visite. Mais quand il arrive dans l’univers glucose de Sugar Rush, Ralph pose ses valises et le film ne redécollera plus jamais. Rich Moore : « C’est vrai qu’il y avait cette promesse de voyage à travers les jeux. Mais on s’est vite rendu compte que si on multipliait les univers on perdrait le spectateur en route. Parce que chaque monde différent impliquait l’installation des codes, l’explication des règles et du gameplay… problème : en 90 minutes, tu ne peux pas te permettre de décliner ça à l’infini. A l’origine, j’avais même développé un monde qui s’appelait Extreme Easy Living 2. Ca intervenait dans le troisième acte du film, quand Ralph part en voiture. Plutôt que de rentrer chez lui, à Fix it Felix, il partait dans un univers qui était un croisement entre SIMS et GTA. Un truc sombre, amoral, sans loi… où Ralph touchait vraiment le fond. Mais on avait déjà trop de niveaux différents. Je m’y suis attaché longtemps, mais à un moment, j’ai dû me résigner… C’est marrant parce que John adorait ce monde, et je me souviens que quand je suis allé le voir, je lui ai dit : « John, je vais couper Extreme Easy Living 2, ça ne marche pas ». Je craignais vraiment sa réaction. Mais il s’est tourné vers moi et m’a dit « Rich : pour Toy Story, on avait des tonnes d’idées qu’on a dû abandonner. Et notamment Lotso et le Daycare Center » Et il m’a souri. Ces deux idées ont finalement atterri dans Toy Story 3. Quand Lasseter te dit un truc pareil, c’est un boost incroyable. »

« Ralph sans Bowser, c’est comme Roger Rabbit sans Bugs Bunny »

Ralph est un défilé de personnages de jeux vidéo. Une madeleine de gamers où l’on croise Bowser, Zangieff, Sonic, Pacman. C’était la condition sine qua non de Moore : « J’avais prévenu John : soit on a les droits d’utiliser les personnages cultes, soit je ne fais pas le film. Ca n’avait pas de sens de faire Ralph sans faire apparaître les figures du gaming. C’est comme si Zemeckis avait fait Roger Rabbit sans Bugs Bunny ». Obtenir les licences de ces personnages se révéla évidemment très compliqué comme l’explique le producteur Clark Spencer : « Il a fallu négocier avec les studios, obtenir les licences et voir comment incorporer leurs personnages. On a multiplié les allers-retours entre Disney et les concepteurs de jeux. Ce qui a fait la différence, c’est qu’on a choisi avec Rich de ne pas laisser le lead au juridique. On a pris notre téléphone pour appeler directement les studios. De créatifs à créatifs. C’était plus humain et quand on les a rencontrés à l’E3, ça a fonctionné ». Au prix de sacrés casse-têtes. Moore : « La réunion des méchants ! Pffff… soyons honnêtes, ce fut un enfer à mettre en place ! Quelle taille a Zangieff ? Quelle taille fait le méchant de Pacman ? Est-il plus petit que Zombie ? On devait trouver la taille relative de tous ces personnages, ce qui est déjà bien compliqué. Mais quand tu rajoutes le problème des studios, ça devient vite infernal. J’avais des discussions surréalistes avec des développeurs : « pourquoi mon personnage serait plus petit que l’autre ? » ». Mais Spencer relativise : « Ils connaissent mieux que nous leurs persos. Et ils ont tous vraiment joué le jeu. Sans eux Ralph n’aurait pas vu le jour ». 

« Le 8 Bit fut un défi technique pour les animateurs » 
La première partie de Ralph est une plongée délirante dans les jeux de

plateforme 80’s. Le jeu commence d’ailleurs par un mouvement de caméra sublime qui enlace l’immeuble et fait « pénétrer » dans la réalité tridimensionnelle de Fix it Felix. Promesse implicite de ce plan inaugural : Ralph sera une visite des coulisses d’un jeu rétro. Un fantasme de gamer, mais surtout un sac de nœud comme l’explique Moore : « Sur le plan du design c’était passionnant, mais sur le plan technique, ce fut un cauchemar. Faire bouger les Nicelander de manière “primitive” est absolument contraire à l’approche désormais réaliste de l’animation. En clair, aujourd’hui, on ne sait plus faire avancer des personnages de manière saccadée et bi-directionnelle. Les logiciels ne permettent plus de faire ça ! Il a fallu ruser,

créer de nouveaux softs… c’était dingue ». Et cette ambition rétro amenait également des logiques d’animation différentes et autant de défis narratifs. L’animateur Dos Anjos a eu quelques sueurs froides : «

 John Lasseter est venu nous voir au début des storyboard pour demander pourquoi Ralph ne marchait pas en 8 Bit comme les Nicelanders. Il ne laisse rien passer (rires)… Pourquoi ? Tu veux savoir ? Ah ah ! C’est simple : d’abord les deux principaux personnages des jeux 80’s avaient plus de data que les autres (parce qu’ils faisaient plus d’actions) et donc plus de complexités. Mais surtout, Ralph est plus sophistiqué que les autres personnages de son jeu. Ca fait 30 ans qu’il fait ça, 30 ans qu’il s’ennuie,

qu’il rumine et il en a marre… Il a une conscience finalement plus développée ».

Films Recommandés

Back to Top